Winery

Historique

Situé sur les meilleurs parcelles de sol argilo-calcaire de la commune, le Château de Côme peut produire un vin soyeux d’une grande subtilité, aux tannins fondus et équilibrés, axé principalement sur le fruit et la noblesse, de très bonne longueur en bouche, à la fois le plus Saint-Julien et le plus féminin des Saint-Estèphe…

C’est le cas aujourd’hui, le travail à la vigne, ainsi qu’une vinification plus précise, ayant permis d’atteindre ce but.

L’encépagement de 50% de cabernet-sauvignon et de 50% merlot est idéal pour Saint-Estèphe. Les grandes années voient des merlots de grande qualité complémenter les cabernets parfaitement mûrs. Quand le soleil s’est fait regretter quelquefois, le cabernet s’arrondit au contact du merlot, quand à lui toujours mûr.

Terroir

Autrefois propriété de la famille patricienne de Saint-Estèphe de ce nom, le Château de Côme est mentionné dans le Guide Féret, la bible du Bordeaux, en 1886 comme « Cru Bourgeois Supérieur ». Le vignoble vit le jour vers 1840.

Lorsque le Baron Velge le rachète en 1997, il reste encore deux hectares, l’étiquette a disparue, la vigne ayant été louée à bail par un autre château.

Très rapidement, la superficie du vignoble monte à sept hectares, de terroirs qualitatifs et homogènes, une étiquette élégante est éditée, la commercialisation lancée avec succès. Les premiers millésimes déjà présentent des vins d’une grande finesse.

De plus, les merlots adorent l’argile ; le sable et le calcaire produisent un cabernet très soyeux.

Bien-sûr, l’effet millésime reste présent, et les vins se déclinent suivant les caractéristiques propres à chacun d’eux.

Ainsi les 2005, 2009 et 2010 s’offrent plus charnus et séveux que les 2006, 2007 et 2008 dont le charme et la délicatesse feraient honneur à une duchesse !

La direction opta il y a quelques années pour une conduite biologique du vignoble, la labellisation devant avoir lieu sous peu.

Production

A la vigne, il faut de l’observation, de la souplesse, de la compétence.

Nous passons sur le terrain un temps très important, car tout part de là… Nous ne prenons aucune décision systématique, qui ne partirait pas d’un constat préalable sur le vignoble…

Qu’il s’agisse de la nutrition des sols, de la taille, de la protection des pathologies et des attaques naturelles, des vendanges, la base décisive de l’intervention, c’est toujours l’observation.

Certaines pratiques demeurent essentielles, telles que :

  • La taille à fenêtre double Guyot, pour répartir régulièrement les grappes et favoriser l’aération et l’ensoleillement, travail important et long, en manuel (9 000 ficelles par hectares), délicat,
  • Le travail du sol par les labours (4 labours traditionnels) et les griffages qui suppriment toute utilisation de désherbants.

Le choix du début de la vendange est délicat et primordial. Une quinzaine de jours avant la date escomptée, les raisins sont prélevés dans les parcelles et analysées en laboratoire.

Dès que le résultat des analyses devient satisfaisant, et qu’il n’évolue plus, que les pépins se trouvent à maturité, l’on attaque les vendanges.

Les grappes indésirables sont écartées de la récolte. Ce premier tri à la vigne est suivi d’un second sur table au chai, sous la surveillance permanente du responsable de l’exploitation et du Baron et de la Baronne Velge, personnellement.

Vinification

Pour le cuvier, le choix s’est porté sur des cuves de taille moyenne.

Les cuves sont en ciment, comme au Château Petrus à Pomerol. Respectueuses des moûts, car ne permettant que des changements thermiques, très progressifs, elles assurent la meilleure extraction des arômes, des tannins et des couleurs.

Par cuve, nous suivons la courbe qualitative ascendante et décidons de passer à la phase d’élevage du vin en barriques dès que le point optimal d’extraction des éléments de qualité, élégance, fraîcheur, distinction, fruit, saveurs, gras, est atteint.

20% environ des barriques sont neuves.

5 à 6 mois, les fûts sont ouillés manuellement 2 ou 3 fois par semaine.

Dans le même temps, la phase de clarification est amorcée naturellement, grâce à l’exposition au froid (on ouvre le chai sur l’extérieur pendant l’hiver).

Les barriques sont ensuite soumises à clarification par le biais de soutirages manuels réalisés tous les trois mois et au collage, réalisé au blanc d’œuf, au cours du deuxième hiver. L’élevage sur lies fines est pratiqué.

Les vins du Château de Côme passent un minimum de 12 mois en barriques de chêne français de l’Allier uniquement.

©2020 Château de Côme | Réalisation par RB Solutions Informatiques | Mentions LégalesConditions générales de vente

Vérification Êtes-vous en âge de consommer de l'alcool dans votre pays de résidence ? Si ce n'est pas le cas, merci de cliquer sur SORTIE

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Privacy Settings saved!

Lors de la navigation, un site internet enregistre et utilise des informations au sein de votre navigateur en majorité sous la forme de « cookie ». Ce module vous permet de contrôler chaque paramètre de confidentialité. Plus d'informations dans le Centre de confidentialité »

Ces cookies sont necessaires au fonctionnement du site internet et ne peuvent être désactiver de votre navigateur.

Ces cookies servent à conserver les paramètres de confidentialité que vous avez choisi d'utiliser sur ce site internet.
  • gdpr
  • wordpress_gdrp_allowed_services
  • wordpress_gdrp_cookies_allowed
  • wordpress_gdrp_cookies_declined

Afin d'offrir une navigation fluide, les cookies suivants sont nécessaire au fonctionnement du site internet.
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Decline all Services
Accept all Services

Log in with your credentials

Forgot your details?